Vous êtes ici : Version française > Sciences pour tous > Portraits de chercheurs

Publié le 13 juin 2018 | Mis à jour le 13 juin 2018

Interview #1 : pour toi, la lumière c'est quoi ?

De Richard Perdurand, doctorant LIO au LMA dans le cadre de l'AIL 2015

Image libre de droit

Image libre de droit

Interview de Richard Perdurand, doctorant LIO dans le cadre de l'Année Internationale de la Lumière 2015

Pour toi, la lumière c'est quoi ?

Le labEx LIO est partenaire de l’Année Internationale de la Lumière dans l’agglomération de Lyon et Saint-Etienne. Nous étions en charge principalement d’établir avec les autres partenaires uns stratégie de communication, et le labEx s’est occupé de la partie presse : conception et création du communiqué et du dossier de presse.

Nous avons donc décidé d’impliquer nos laboratoires dans l’Année Internationale de la Lumière. Pour cela, nous lançons un appel à contribution à nos laboratoires. Nous voulons interviewer pour chaque laboratoire un étudiant, un doctorant et un post-doctorant qui tout d’abord se présentera, nous expliquera ensuite ce qu’est la lumière pour lui, et enfin plus spécifiquement dans sa formation ou ses recherches ce que représente la lumière.

Je te laisse te présenter

Je suis Richard Perdurand, j'ai 25 ans, je suis doctorant en thèse LIO au Laboratoire des Matériaux Avancés.

Mon travail de thèse porte sur l'étude des vibrations thermiques dans certains matériaux amorphes, plus particulièrement dans certains verres, qui ont la particularité d'être utilisés sous forme de couches ultraminces pour fabriquer, par exemple, des miroirs de très haute performance.
Il s'agit d'abord de mettre au point un instrument capable de détecter ces vibrations thermiques, mais aussi de pouvoir mesurer la composition et la structure de ces matériaux.

J'ai étudié la physique et les nanotechnologies à travers une licence de physique en Guadeloupe, un premier master à l'Université de Bourgogne, et un second master à l'UCBL. Ma spécialité est l'observation, la caractérisation et la mesure pour les nanotechnologies et les nanosciences.

Pour toi, c'est quoi la lumière ?

La lumière fait partie de nos vies et de notre quotidien d'une manière si naturelle que l'on aurait tendance à l'oublier, comme on oublie l'air que l'on respire. Je pense pourtant que l'on ne peut pas vivre sans lumière, de même qu'on ne peut pas vivre sans respirer. En effet, elle intervient dans le premier contact, la première relation que l'on a avec le monde, avec le visage de nos connaissances, et souvent avec l'être aimé. Imaginons un monde sans lumière: ce n'est pas difficile, il suffit de songer à la sensation que nous procure une nuit noir (ou une coupure de courant!). Ainsi, la lumière accompagne en toute discrétion un grand nombre de nos émotions, et nous vivons d'ailleurs en phase avec elle, au rythme des jours et des nuits.

En poursuivant ce raisonnement, on se rend compte assez vite que la lumière joue un autre rôle essentiel en nous donnant la beauté. La beauté d'un paysage lointain et sauvage qui donne envie de voyager, la beauté d'un ciel étoilé ou de la pleine lune qui donne envie de s'envoler, la beauté d'un feu d'artifice ou d'une bougie, qui invitent tantôt au rêve et à la magie, tantôt à la méditation et au silence. Toute la beauté qui nourrit nos âmes à travers notre regard provient d'un jeu d'ombre et de lumière. Si nous ne pouvons pas nous priver de lumière, peut-on survire sans beauté ?


Et dans ta formation ou tes recherches : comment est représentée la lumière ? Comment l'utilisez-vous avec tes collègues ?

Nous exploitons les propriétés uniques de sources de lumière très spéciales, les lasers, pour effectuer des mesures qui seraient impossibles sinon. Les Lasers ont principalement deux particularités très attractives: ils ont une seule couleur, et ils possèdent une très grande cohérence. Cela signifie que les ondes de lumière émises par un laser ondulent ensemble. En faisant en sorte de faire ces ondes se superposer avec elle-même, par exemple avec un jeu de miroir, il est possible de les faires s'additionner ou même s'annuler: c'est le principe de l'interférométrie, une méthode de mesure imbattable pour détecter des distances et des déplacements extrêmement faibles, souvent égales ou plus petites que le noyau des atomes.
Cette méthode est à la base d'un instrument de mesure de vibration extrêmement sensible que nous développons actuellement au laboratoire.
Puisque notre spécialité est la fabrication de composant optiques, la lumière est par ailleurs au cœur de notre travail au quotidien.