Publié le 11 juin 2020 | Mis à jour le 12 juin 2020

Des chercheurs étudient le déconfinement des quarks

Le modèle Polyakov-Nambu-Jona-Lasinio, traitant du confinement et dudéconfinement des quarks est née en 2004. Une collaboration entrel’IP2I, l’INFN de Turin et l’université de Coimbra au Portugal a mené une étude de certains aspects méconnues de ce modèle, testant ses limites en particulier à densité finie et le poussant dans sesretranchements dans le but de trouver comment l’améliorer. Ils ont ainsi pu montrer que les corrélations entre les quarks et les gluons y sont trop faibles pour comprendre certains aspects des relations entre les transitions de phase du modèle.
La figure montre un diagramme de phase de la matière hadronique dense (abscisse) et chaude (ordonnée) : La zone noire est celle ou les quarks sont confinés dans les hadrons, la zone jaune celle où les quarks sont déconfinés, c’est donc la zone du plasma de quark et gluons, et la zone orange est une zone intermédiaire ni parfaitement confinée mais ne ressemblant pas à la matière hadronique ordinaire (la symétrie chirale est restaurée). Cette hypothétique phase dense de la matière pourrait avoir des conséquences phénoménologiques potentiellement observables dans les collisions d’ions lourds en laboratoire (NA60+@CERN, NICA, etc.) ou dans les fusions d’étoiles à neutrons (observables via les ondes gravitationnelles détectées par les observatoires terrestres comme Virgo et Ligo).

Lien vers l’article.