Publié le 4 mars 2020 | Mis à jour le 20 mai 2020

Les médaillés 2020 du LABEX LIO

Hélène COURTOIS Chevalier de la Légion d'honneur, et Roland Bacon médaille Jackson-Gwilt

Un-e chevalier-e de la légion d’honneur et un médaillé JACKSON-GWILT au LABEX LIO

La promotion du 1er janvier de la légion d’honneur a distingué 487 personnes, dont Hélène Courtois.

Un grand honneur pour Hélène COURTOIS, nommée Chevalier de la Légion d'honneur
Un grand honneur pour Hélène COURTOIS, nommée Chevalier de la Légion d'honneur


Hélène COURTOIS
est astrophysicienne  spécialisée en cosmographie à l'institut de physique des 2 infinis (IP2I) à Lyon, vice-présidente aux relations internationales de l’université Claude Bernard Lyon 1, et membre senior de l’Institut universitaire de France. Elle participe depuis de nombreuses années à la diffusion des savoirs émergents en direction du grand public, et est depuis 5 ans la marraine scientifique du Planétarium de Vaulx-en-Velin.

La légion d’honneur fut fondée par Napoléon Bonaparte en 1802. C'est la plus élevée des distinctions nationales françaises. Elle compte aujourd’hui 92 000 membres, récompensés pour leurs mérites éminents au service de la nation. Hélène Courtois a été l’invité du journal de France 3 du 5 janvier 2020.
 

Roland BACON reçoit la médaille KACKSON-GWILT
Roland BACON reçoit la médaille KACKSON-GWILT
Roland BACON, astrophysicien au CRAL, le Centre de recherche astrophysique de Lyon, et Directeur de Recherche au CNRS, reçoit la médaille Jackson-Gwilt 2020 de la Société Royale d’Astronomie Anglaise pour sa contribution exceptionnelle au développement de l’instrumentation en astronomie. Les instruments dont Roland Bacon a été responsable ont des applications très  larges, et ont été exploités par une large et diverse communauté d’astronomes dans des études allant des corps du système solaire à l’univers lointain.

La médaille Jackson-Gwilt a été remise plus de trente fois depuis sa création en 1897. Décernée par la Royal Astronomical Society (RAS), elle est attribuée afin de récompenser l’invention ou le perfectionnement d’instrumentations ou de techniques liés à l’astronomie, une ou des recherches significatives dans ce domaine, comptant pour l’histoire de la discipline, ou encore des observations astronomiques importantes. La médaille est ainsi nommée en l’honneur d’Hannah Jackson, née Gwilt.